El ban’ne soeur al a des talints mucheilles…

Ain’ne banne soeur al prind ain taxi à Hazebrouck.Al s’aperçwo qu’el chauffeur il arrête pan del raviser. Al li déminde pourqweille il l’arguette can’me çà.
Il li répand : “Sans vouloir vous offinser, j’eille juste ain’ne tite questian a vous déminder…”


Al répand : Fiu, té peux pan m’offinser. Quant t’sé qu’t’éras m’n’âge et qu’éra éteille ban’ne soeur aussi langtemps qu’mi, t’éras vu et intindu quasimint tout. Ej su certain’ne qué tout c’qué té pourras m’dire y m’offinsra pan.”
El chauffeur il li dit alors : ‘j’eille toujours ayèw invie d’èm faire imbrasser par ain’ne ban’ne soeur”.
El soeur al il dit : “O z’allans voir c’qu’o pouvans faire pour ti. Ain premier, té dwo yète célibataire. Pi té dwo cor yète catholique.”
Enerveille can’me ain cat, el chauffeur il li dit : “Ej su célibataire et ain plus , çà tambe bien, èj su aussi catholique qué l’abbé Pierre !”
El ban’ne soeur al li dit : ” Ban ! c’est d’accord ! O z’avez qu’à tourner dans l’tite rulette qu’al est là-bas !”
El taxi y s’arrête.
El ban’ne soeur al l’imbrasse can’me si al étot ain’ne lipindière.
El taxi il ardémarre. El chauffeur y keumince à braire.
” Min fiu, pourqweille qu’té brais ?” qu’al dit el ban’ne soeur.
” Pardannez-mé pour min pêcher. Ej vous z’eille minti. Ej su marieille et pis j’su juif.”
El ban’ne soeur al li répand: ” Vous bilez pan, o z’êtes pardanneille ! Ej m’appelle Gastan et j’min veille au carnaval èd Dankerque !”

ès t'article il peut yèt cor lu ain : Français